Dès l'ouverture de la séance le Maire précise qu'il a retiré toutes les délégations à la 1ère adjointe en fin 2016 et que le sujet à l'ordre du jour concerne le retrait du mandat d'adjoint.

Quelques rappels. Le maire et les adjoints sont élus par le conseil municipal. Ensuite, le maire est chargé de l’administration de la commune. Toutefois, il peut, sous sa surveillance et sa responsabilité, déléguer par arrêté une partie de ses fonctions à un ou plusieurs de ses adjoints (ou conseillers).  Les délégations conditionnent le versement des indemnités ; sans délégation un adjoint ne perçoit pas d'indemnités.

Le Maire n'a pas à justifier les délégations qu'il effectue. Cet acte municipal relève de sa seule responsabilité, en outre elle n'est pas totale car la responsabilité finale lui incombe. De la même façon le Maire peut retirer les délégations sans avoir à donner d'explications ; la loi et la jurisprudence considérant même que l'incompatibilité d'humeur entre  personnes est un motif suffisant. Enfin, pour un retrait de délégations à un adjoint la loi impose au conseil municipal de voter pour ou contre le retrait du mandat d'adjoint, c'est l'objet du conseil extraordinaire. Le retrait de délégations et de mandat ne sont  pas anodins, il met en évidence un sérieux problème de fonctionnement. Néanmoins il faut souligner que ces actes de retrait sont fréquents, il suffit de consulter les sites internet qui décrivent avec beaucoup de détails ces péripéties.

Revenons à notre majorité !

Succinctement le Maire précise les motifs de sa décision et l'objet du vote du conseil. Pour lui il s'agit d'un motif d'incompatibilité et d'une perte de confiance envers la 1ère adjointe. Ensuite il donne la parole à la 1ère adjointe qui a lu un discours de 8 pages pour démontrer que cet acte n'est pas justifié. Plusieurs pages de commentaires qui détaillent la mauvaise gestion municipale ; des dysfonctionnements nombreux, des erreurs, des insuffisances ...etc. En corollaire, dans le sens opposé, l'ex-1ère adjointe décrit son implication au service de la municipalité. 

Il est bien évident qu'il nous est impossible de donner un avis pertinent et objectif sur ce conflit. Ne participant pas aux réunions internes de la majorité nous ignorons ce qu'il se passe entre les élus de la majorité. En outre, il serait malsain de prendre position dans ce conflit, en quelque sorte nous immiscer dans les relations entre personnes de la majorité. Nous ne nous attardons pas, non plus, sur les déclarations concernant des propos rapportés « par d'autres »; « untel a dit » « unetelle a dit » …. Dans le climat émotionnel cela peut se comprendre, mais cela n'a pas d'intérêt sinon à blesser des personnes.

C'est pourquoi, au final,  la position officielle des élus de l'opposition est celle de l'abstention. Concernant le résultat du vote; le retrait de mandat a été validé par 17 voix (rappel; 23 élus de la majorité et 6 de l'opposition) 11 abstentions et 1 contre.

L'important n'est pas là !

Depuis 2014 la majorité déroule son programme conformément à son projet initial. La majorité le met en œuvre, à commencer par l'annulation des projets des anciennes municipalités. Anciennes, car la plupart des projets annulés (La salle des événements familiaux, La Boissine, éco-lotissement …) dataient du mandat 2001/2008. C'est donc une longue histoire qui a été rompue, conformément aux engagements de la majorité. De ce point de vue là, on ne peut malheureusement pas dire que la majorité ne tient pas ses promesses, chaque élu de la majorité y a contribué, y compris l'ex 1ère adjointe. Le projet politique est donc bien respecté. Ce qui signifie clairement que les problèmes de la majorité ne sont pas politiques mais relationnels. D'autre part, lors de désaccord avec son groupe politique, la pratique républicaine consiste à démissionner de son mandat. Ici il s'agit du mandat d'adjoint et non pas de conseiller. Dommage d'en arriver là !

Cette péripétie a fait l'effet d'une douche froide pour les élus de la majorité. Elle leur permettra peut-être d'ouvrir les yeux. C'est pourquoi nous exprimerons prochainement un vœu, dans le sens de l'intérêt général.