Une vie au service des gens:

Educateur technique spécialiséen ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) auprès d’adultes en situation de handicap, son engagement professionnel était à l’image de son engagement politique. Marc défendait des valeurs d’émancipation, de justice sociale, de respect de l’égalité réelle, de dignité de tous.

Engagé en politique depuis 1974, Marc est élu conseiller municipal en 1977 (mandature Charles Lasbrouas) ensuite Maire-adjoint en 1983 jusqu'en 1998 pendant la mandature de Claude Laréal. Durant cette époque il a oeuvré auprès des associations sportives et culturelles. L'efficacité de son action a été reconnu unanimement par les présidents de clubs.

En 1998 il est élu Maire jusqu'en 2014; année particulièrement sombre pour les militants de la gauche de terrain, comme Marc, qui ont consacré une grande part de leur vie à lutter pour améliorer les conditions de vie des gens.

Il fut également conseiller général de 2004 à 2015 et vice-président du Département. Dans ce cadre il a participé à des actions humanitaires au Sénégal.

On retiendra en particulier de lui qu'il a oeuvré dans le sens de l'intérêt collectif de la commune. La commune a largement bénéficié de son action et dans tous les domaines. Il fut un Maire qui fit évoluer La Voulte. Il a su impulser une dynamique de revitalisation communale et ouvrir de nouvelles voies vers l'avenir.

En tant qu'homme il a fait preuve de qualités rares ; il était résilient, loyal, tenace et avait l'esprit d'équipe.

Résilient ; car en politique on prend des coups, cela fait partie de la fonction.

Loyal ; fidèle et loyal à sa famille politique, il a assumé loyalement son rôle de militant sans jamais émettre de critique.

Tenace ; piloter une commune n'est pas chose aisée, Marc avait la patience et la ténacité qui convenait à la chose municipale, faire mûrir un projet sans excès, communiquer, expliquer et enfin décider.

Esprit d'équipe ; il savait se ranger sur la position du groupe et ensuite défendre celle-ci comme si c'était la sienne.

Enfin il croyait en l'homme, il aimait les gens, il croyait, dans le progrès, dans l'avenir comme d'autres croient au passé. N'oublions pas, non plus, l'humaniste amoureux de culture, personne n'ignorait sa passion de la musique. Le groupe « Quintette de l'art » vient de perdre un des piliers.

Pour conclure, c'est une grande perte pour la commune. Nous souhaitons, les élus de l'opposition, son équipe, ses compagnons de route politique, qu'un site ou un lieu communal soit baptisé de son nom. Nous ferons une proposition dans ce sens au conseil municipal.

Signé ; Nicole Philippon, Héloïse Lefort, Thierry Abrial, Franck Valette, Yvon Vialar