Forum des citoyens La Voulte sur Rhône

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 26 avril 2017

élections présidentielles 2017 à La Voulte

le résultat du 1er tour des élections présidentielles 2017















que dire ?

à l'instar des communes du sillon Rodhanien le résultat de la commune traduit un profond sentiment de mal à l'aise de la population. Il ne s'agit pas ici de critiquer les partis politiques ou déresponsabiliser les électeurs, il s'agit d'essayer de comprendre ce résultat. 

Si nous prenons quelques minutes à réfléchir, nous concevons rapidement que le sujet est bien plus complexe que les propositions de ceux qui voudraient nous faire croire en des solutions simplistes.

N'oublions pas les 2 définitions suivantes.

La 1ère sur les démagogues. Les démagogues flattent les intérêts individuels, les désirs , les envies et les peurs...aussi loufoques soient-ils, qui vont contre l'intérêt général, pour plaire à l'électorat et ainsi espérer être élu, ré-élu ... Les démagogues sont les symptômes d'une maladie qu'ils prétendent soigner et qu'ils ne font qu'aggraver.

La 2ème sur les populistes. Les populistes s'adressent à des opinions, jetant dans le même sac, la globalisation, la mondialisation, l'immigration, la liberté des moeurs, les religions, la nouvelle économie de partage, la société de consommation, internet, le numérique, la technoscience....sans souci des contradictions et proposent en réaction l'identité, la patrie, le souverainisme, la sortie de l'Europe...etc. Une opinion n'est pas une idée construite, elle s'élabore sur la base de ressentiments systématiquement contradictoires entre eux. Les opinions expriment le contraire de ce qui est universel, ce ne sont pas des idées fraternelles et humanistes.

Il y a donc une différence entre les démagogues et les populistes. Mais quand un(e) démagogue maitrise le populisme ou bien quand un(e) populiste maitrise la démagogie il peut obtenir des succès électoraux. L'histoire le démontre parfaitement et il faut bien reconnaître que les démocraties gèrent très mal ces cycles récurrents de l'histoire.

mardi 18 avril 2017

Budget 2017

Le budget communal a été voté le 6 avril.....dans une ambiance particulière, difficile à décrire par des mots.

Nous écrivions « comment élaborer le budget 2017 ? » avec des recettes en baisses et des dépenses en hausses.

Les recettes : depuis la crise de 2008, quel que soit le gouvernement, nous savons tous que chaque collectivité doit contribuer à l’effort national. Ce n’est donc pas une surprise.

Les dépenses : nous pouvons nous étonner de leur augmentation. Ainsi la masse salariale qui augmente de 150 000 € (en net) alors que les compétences communales sont transférées à l’agglomération CAPCA.

Comme nous le redoutions la majorité a augmenté les impôts communaux de l'ordre de 6%. Les recettes attendues de ces augmentations sont d'environ 100 000 €. Pour les contribuables l'addition sera salée, car pour eux la situation est de plus en plus tendue.

La plupart des candidats aux élections présidentielles ont annoncés des réformes importantes qui impacteront les budgets communaux. Il y avait donc trop d'incertitudes pour proposer une augmentation des impôts. Les Voultains ne comprendront pas ces mesures....inspirées par un bureau d'étude.

Les 100 000 € de recettes supplémentaires doivent être comparées aux projets de la municipalité:

- un projet de climatisation réversible pour 109 000 €

- la continuité des projets sécuritaires qui peuvent être évalués autour de 200 000 €

- Par ailleurs sans qu'il soit possible d'en comprendre les raisons, même les élus ne sachant pas répondre, il a été proposé d'injecter 30 000 € dans les budgets d'investissement de l'eau potable et du transport. Aucun projet n'a été identifié relativement à ces transferts ....s'agit-il de réserves ? ou "garder une poire pour la soif" 

Nous pouvons donc comparer les recettes induites par l'augmentation de fiscalité (soit 100 000 €) aux dépenses qui ne nous paraissent pas utiles (supérieures à 300 000 €)

Concernant la sécurité nous préférerions que des propositions soient faites par des experts indépendants. Nous ne sommes pas opposés par principe à la vidéo-protection ou autres solutions filmées si les résultats sont probants. Or, force est de constater qu'il n'y a pas de résultat probant. Pourquoi alors, ne pas rencontrer les municipalités qui ont on réussi à faire baisser l'insécurité et s'inspirer de leurs expériences ?

Rappelons qu'une municipalité se gère dans la durée, pas au jour le jour. Il est indispensable de planifier des investissements pour améliorer le cadre de vie des habitants, pour que le lien social existe et pour développer notre ville. Faute de perspectives sur le long terme, la commune se retrouverait en difficulté….et le plus difficile est à venir. Nous proposons également que CAPCA se dote enfin d'un projet de développement territorial permettant de préparer l'avenir.

Notre conclusion du billet précédent est toujours d'actualité. Il ne s’agit pas de lancer un débat politique partisan. Dans ce moment inédit de la vie politique Française, nous devons être en capacité de construire un projet global pour engager la transition vers un nouveau modèle politique, y compris ici à La Voulte. Il ne s’agit pas de renier ses convictions, il s’agit de débloquer le fonctionnement démocratique de nos institutions en se mettant d’accord sur les principes fondateurs de l’intérêt général pour préparer l'avenir de notre commune dans le contexte des mutations profondes de notre époque.

jeudi 16 mars 2017

L'avenir de la commune

Après une série de démissions d’adjoints et de conseillers municipaux la majorité se retrouve face à de nouvelles difficultés. Dernière en date et pas des moindres, la municipalité est à la peine pour réaliser le budget de notre commune.

De plus, il faut bien en parler, un sentiment d'inquiétude gagne les Voultains. En effet, nous entendons de plus en plus de nos concitoyens : « la Voulte se meurt ! »

Gagner les élections est une chose, piloter une municipalité en est une autre.

La majorité se retrouve face au mur des réalités, comme l'a mis en évidence le dernier conseil municipal portant sur le débat d’orientation budgétaire.

« comment élaborer le budget 2017 ? » avec des recettes en baisses et des dépenses en hausses.

D'autre part, force est de constater, que contrairement à l'objectif initial de mutualisation, la communauté d'agglomération CAPCA a privilégié la gestion des compétences imposées par la loi, aux enjeux politiques.

Les recettes : depuis la crise de 2008, quel que soit le gouvernement, nous savons tous que chaque collectivité doit contribuer à l’effort national. Ce n’est donc pas une surprise.

Les dépenses : nous pouvons nous étonner de leur augmentation. Ainsi la masse salariale qui augmente de 150 000 € (en net) alors que les compétences communales sont transférées à l’agglomération CAPCA.

Sachant que la majorité s'est refusée à emprunter pour ses investissements, la commune doit donc trouver des solutions. À l’heure on nous écrivons ces lignes nous ne pouvons pas donner le résultat des prochains débats au sein du conseil municipal. Mais sachez que nous nous opposerons à plusieurs scénarios évoqués lors du dernier conseil. Nous nous opposerons à la baisse des subventions auprès des associations ainsi qu’à une augmentation des impôts locaux ou encore des tarifs municipaux. Les Voultains ne comprendraient pas ces mesures. Par ailleurs la plupart des candidats aux élections présidentielles ont annoncés des réformes importantes qui impacteront les budgets communaux. Il y a donc trop d'incertitudes pour proposer une augmentation des impôts.

Par contre nous proposerons de réduire les dépenses sécuritaires pour augmenter l’investissement sur les infrastructures communales (comme la voirie ou l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite) Nous proposerons également que CAPCA se dote enfin d'un projet de développement territorial permettant de préparer l'avenir.

Une municipalité se gère dans la durée, pas au jour le jour. Il est indispensable de planifier des investissements pour améliorer le cadre de vie des habitants, pour que le lien social existe et pour développer notre ville. Faute de perspectives sur le long terme, la commune se retrouverait en difficulté….et le plus difficile est à venir.

Pour conclure, il ne s’agit pas de lancer un débat politique partisan. Dans ce moment inédit de la vie politique Française, nous devons être en capacité de construire un projet global pour engager la transition vers un nouveau modèle politique, y compris ici à La Voulte. Il ne s’agit pas de renier ses convictions, il s’agit de débloquer le fonctionnement démocratique de nos institutions en se mettant d’accord sur les principes fondateurs de l’intérêt général pour préparer l'avenir de notre commune dans le contexte des mutations profondes de notre époque.

mercredi 15 mars 2017

Les Abeilles

Une manifestation sur les abeilles est organisée ce week-end sur le site de la Boissine, par les associations indiquées sur le flyer suivant.

Entrée libre,  pour tout renseignement REVEvènements 04 75 62 44 36

Des conseillers municipaux de la commune sont apiculteurs par passion. Même Marc Bolomey, notre regretté ami, fut un temps apiculteur.

Le sujet est important, il s'inscrit dans la problématique contemporaine de sauvegarde de la biosphère.

Vous connaissez probablement la citation, attribuée à Albert Einstein

"Si l'abeille venait à disparaître, l'homme n'aurait plus que quelques années à vivre"


samedi 4 février 2017

Pierre Rabhi

Saluons l'initiative du CCAS désormais centre social " Pierre Rabhi "

Venez nombreux à la salle des fêtes de La Voulte ce vendredi 10 février.

mercredi 1 février 2017

Primaires du PS

Les 22 et 29 janvier 2017 se sont déroulées les primaires du PS (Belle Alliance Populaire)

Le résultat national est sans ambiguïté. Avec un résultat proche de 60%, Benoît Hamon est le vainqueur incontestable de ces scrutins. Sur le canton de La Voulte le résultat est sensiblement le même, avec un décalage moins important puisque Benoît Hamon réalise le score de 56,46% au 2ème tour.

Ici et là les chroniqueurs, principalement des médias, expliquent que ce résultat traduit bien le malaise de la gauche. Malaise qui ne serait pas récent pour nos chroniqueurs des feuilletons médiatiques. 

Ainsi il y aurait 2 gauches irréconciliables. Affirmation que nous pourrions traduire comme une opposition irréductible entre deux 2 visions du projet politique.

Quel est ce malaise ? 

Difficile à clarifier pour un électeur car les finalités sont sensiblement identiques; réduire les inégalités, plus de justice, solidarité, écologie ....etc

Les réformistes:

Souvent appelés les sociaux-démocrates (appelés également sociaux-libéraux quant il s'agit des les vilipender) les réformistes partent du postulat qu'une société ne peut se réformer qu'avec l'assentiment du plus grand nombre. Ainsi les réformistes considèrent que la politique doit s'organiser sur le principe de réalité. Cette approche est essentiellement de "court-terme"; réformer pour améliorer les conditions de vie par petites touches successives souhaitées par les gens. Quand ils sont élus les réformistes mènent des politiques pragmatiques .....sans bousculer les gens ni leurs modes de vie.

Le pragmatisme présenterait en principe l'avantage d'être mieux accepté par la population.

Toutefois deux inconvénients majeurs;  d'une part la différence entre une politique menée par des sociaux-démocrates et les conservateurs peut paraître imperceptible aux électeurs, d'autre part le réformisme a sérieusement tendance à s'égarer dans la gestion du quotidien et ainsi perdre de vue la vision de l'avenir.

Le pragmatisme de gauche, confronté au pouvoir, se termine souvent dans une impasse....ce qui constitue une contradiction au principe.

Les constructivistes:

Baptisés les frondeurs au sein du PS, ceux-ci considèrent que l'avenir se construit sur la base d'une vision du futur. Partant des constats du présent et des perspectives qui en découlent, cette vision permettrait de bâtir un avenir meilleur. Ce projet ne s'inspire pas des ajustements de court-terme proposés par les réformistes, il s'agit bien de refonder la société car elle est considérée défaillante (injuste, inégale, prédatrice de l'environnement ....)

Remarquons ici que plusieurs visions du futurs peuvent co-exister sans qu'elles soient cohérentes entre elles (exemple du revenu universel). Par exemple la tradition marxiste est encore prégnante pour certaines tendances et s'avère contradictoire aux enjeux écologiques (quand bien même des remodelages ont été tentés) D'autre part, imaginer le futur est toujours un pari. Ce qui peut inquiéter la population et la détourner de cette voie utopique. Il est plus facile d'être conservateur que progressiste.

Finalement ces 2 gauches irréconciliables seraient surtout des différences temporelles; les réformistes proposant d'agir sur le court-terme, et les constructivistes ayant pour objectif de préparer le long-terme. On peut donc conclure que ces différences sont artificielles. À notre avis les 2 sujets sont complémentaires; agir sur le court-terme est une nécessité, préparer le futur pour transformer la société est une obligation. 

Pourquoi ces 2 approches paraissent irréconciliables ?

Le jeu des institutions ne permet pas de concilier les enjeux de court et de long terme. Les lois et l'action gouvernementale agissent essentiellement sur le court-terme car l'horizon des élus est celui de la durée des mandats. Nos institutions ne sont donc pas prévues pour considérer le long-terme à sa juste place. 

D'autre part les attentes de la population sont immédiates, ce qui conditionne le jeu politique. Par ailleurs nos comportements ne sont pas adaptés à bien considérer le long terme. Ainsi tout projet politique basé sur une vision futuriste est voué à échouer dans les urnes.

Conclusion:

Les forces politiques progressistes sont écartelées entre 2 enjeux; le court terme et le long terme. Les institutions actuelles ne permettent pas de les concilier. Quant à la population, confrontée à des impératifs immédiats (emplois, logement, éducation des enfants ....) dans sa majorité elle privilégiera le court-terme. 

Il est donc urgent et impératif que nos institutions soient conçues à considérer le futur comme un impératif. Le mandat qui s'annonce, déjà extraordinaire par ses rebondissements, devrait être un mandat de transition pour adapter notre société et ses institutions aux enjeux actuels et futurs. Dès lors nous devons faire barrage aux propositions démagogiques qui nous renverraient dans le passé et la récession.

résultats sur le canton de La Voulte

1er tour...................................................2ème Tour

- Valls.............124 voix soit 36,05%........186 voix soit 43,56%

- Pinel.................3 voix soit 0,87%

- Peillon............22 voix soit 6,4%

- De Rugy..........11 voix soit 3,2%

- Montebourg....45 voix soit 13,08%

- Hamon..........134 voix soit 38,95%........241 voix soit 56,44%

- Bennahmias.......5 voix soit 1,45%

- blanc & nul.........6...................................6

- 344 exprimés........................................427 exprimés..............pour 10544 inscrits

mercredi 11 janvier 2017

Séance extraordinaire du Conseil municipal hier 10 janvier 2017, à l'ordre du jour : retrait du mandat d'adjoint

Dès l'ouverture de la séance le Maire précise qu'il a retiré toutes les délégations à la 1ère adjointe en fin 2016 et que le sujet à l'ordre du jour concerne le retrait du mandat d'adjoint.

Quelques rappels. Le maire et les adjoints sont élus par le conseil municipal. Ensuite, le maire est chargé de l’administration de la commune. Toutefois, il peut, sous sa surveillance et sa responsabilité, déléguer par arrêté une partie de ses fonctions à un ou plusieurs de ses adjoints (ou conseillers).  Les délégations conditionnent le versement des indemnités ; sans délégation un adjoint ne perçoit pas d'indemnités.

Le Maire n'a pas à justifier les délégations qu'il effectue. Cet acte municipal relève de sa seule responsabilité, en outre elle n'est pas totale car la responsabilité finale lui incombe. De la même façon le Maire peut retirer les délégations sans avoir à donner d'explications ; la loi et la jurisprudence considérant même que l'incompatibilité d'humeur entre  personnes est un motif suffisant. Enfin, pour un retrait de délégations à un adjoint la loi impose au conseil municipal de voter pour ou contre le retrait du mandat d'adjoint, c'est l'objet du conseil extraordinaire. Le retrait de délégations et de mandat ne sont  pas anodins, il met en évidence un sérieux problème de fonctionnement. Néanmoins il faut souligner que ces actes de retrait sont fréquents, il suffit de consulter les sites internet qui décrivent avec beaucoup de détails ces péripéties.

Revenons à notre majorité !

Succinctement le Maire précise les motifs de sa décision et l'objet du vote du conseil. Pour lui il s'agit d'un motif d'incompatibilité et d'une perte de confiance envers la 1ère adjointe. Ensuite il donne la parole à la 1ère adjointe qui a lu un discours de 8 pages pour démontrer que cet acte n'est pas justifié. Plusieurs pages de commentaires qui détaillent la mauvaise gestion municipale ; des dysfonctionnements nombreux, des erreurs, des insuffisances ...etc. En corollaire, dans le sens opposé, l'ex-1ère adjointe décrit son implication au service de la municipalité. 

Il est bien évident qu'il nous est impossible de donner un avis pertinent et objectif sur ce conflit. Ne participant pas aux réunions internes de la majorité nous ignorons ce qu'il se passe entre les élus de la majorité. En outre, il serait malsain de prendre position dans ce conflit, en quelque sorte nous immiscer dans les relations entre personnes de la majorité. Nous ne nous attardons pas, non plus, sur les déclarations concernant des propos rapportés « par d'autres »; « untel a dit » « unetelle a dit » …. Dans le climat émotionnel cela peut se comprendre, mais cela n'a pas d'intérêt sinon à blesser des personnes.

C'est pourquoi, au final,  la position officielle des élus de l'opposition est celle de l'abstention. Concernant le résultat du vote; le retrait de mandat a été validé par 17 voix (rappel; 23 élus de la majorité et 6 de l'opposition) 11 abstentions et 1 contre.

L'important n'est pas là !

Depuis 2014 la majorité déroule son programme conformément à son projet initial. La majorité le met en œuvre, à commencer par l'annulation des projets des anciennes municipalités. Anciennes, car la plupart des projets annulés (La salle des événements familiaux, La Boissine, éco-lotissement …) dataient du mandat 2001/2008. C'est donc une longue histoire qui a été rompue, conformément aux engagements de la majorité. De ce point de vue là, on ne peut malheureusement pas dire que la majorité ne tient pas ses promesses, chaque élu de la majorité y a contribué, y compris l'ex 1ère adjointe. Le projet politique est donc bien respecté. Ce qui signifie clairement que les problèmes de la majorité ne sont pas politiques mais relationnels. D'autre part, lors de désaccord avec son groupe politique, la pratique républicaine consiste à démissionner de son mandat. Ici il s'agit du mandat d'adjoint et non pas de conseiller. Dommage d'en arriver là !

Cette péripétie a fait l'effet d'une douche froide pour les élus de la majorité. Elle leur permettra peut-être d'ouvrir les yeux. C'est pourquoi nous exprimerons prochainement un vœu, dans le sens de l'intérêt général.

mardi 3 janvier 2017

Belle année 2017

L'équipe du forum vous souhaite une très belle année 2017 et réussite dans vos projets.

vendredi 16 décembre 2016

Suite de l'article précédent

La démission d'un des membres du conseil d'administration de l'association REVenements a été abordée lors du conseil municipal du 12 décembre. (voir article précédent) 

Comme promis en séance du conseil nous publions la réponse du président de l'association.

Cette réponse amène 3 commentaires:

- les comptes de trésorerie des périodes "été 2014 à Janvier 2016" et "février 2016 à maintenant" doivent être communiqués en bonne et due forme à la mairie,  

- la municipalité doit appliquer le principe de précautions relativement aux différentes parties prenantes de cette association et s'assurer qu'il n'y ait aucune suspicion de conflit d'intérêt, y compris de façon transitoire, dans l'attente de la reconstitution des comptes pour la période "été 2014 à Janvier 2016"

 - enfin, informer les autres collectivités concernées pour qu'elles puissent prendre également leurs dispositions.

rev.pdf

mercredi 7 décembre 2016

Rêve ou cauchemar ?

Comme vous avez pu le constater l'office de tourisme a disparu de la commune. 

Vitrine centrale de la commune pour ses richesses trop souvent méconnues, l'office était idéalement placé. Et puis il a disparu sans que nous comprenions bien les tenants et les aboutissants. 

Nous pourrions nous répandre en critiques mais à quoi bon ? 

À la place de l'office une association a été créée par les élus de la majorité. En effet, précédemment l'office organisait des manifestations et le nouvel office intercommunal n'a pas vocation à le faire. Pourquoi pas ! on ne peut pas imaginer la commune sans manifestation culturelle.

L'association qui a pris la place de l'office se nomme " RêVEnements" .....acronyme onirique vous en conviendrez.

Ces jours-ci (début décembre 2016) nous avons reçu la copie de la lettre de démission d'un membre du Conseil d'administration. Le texte en est croustillant sur le fond et la forme. Vous pouvez le consulter en cliquant le lien ci-dessous. 

Nous diffusons ce texte car le courrier a été largement diffusé. Néanmoins nous signalons que des personnes sont citées et qu'il convient d'être mesuré dans les propos et d'attendre les explications des uns et des autres. On peut juste regretter cette situation préjudiciable à la commune, l'image donnée en est très négative. 

le cauchemar

lundi 28 novembre 2016

Primaires de la droite à La Voulte

Un bureau de vote a été ouvert sur la commune pour les 2 tours de la primaire de la droite.

On a pu constater que le bureau de vote a été tenu par des élus de La Voulte, en particulier le Maire actuel. Au moins cela clarifie une situation opaque depuis 2014. La majorité affiche ainsi clairement ses orientations et c'est tant mieux. En effet plutôt qu'un discours démagogique du type "ni droite ni gauche" ou bien "apolitique", nous préférons un positionnement clair même si nous ne partageons pas ce corpus idéologique. Chacun est libre de ses idées. Le débat démocratique a pour finalité de proposer aux électeurs un projet, charge à eux de choisir en toute conscience. Dissimuler ses idées nous paraissait donc une posture antidémocratique. 

Ce bureau rassemblait 8 communes et 8108 inscrits. 

 1er tour:

- 349 votants, participation équivalente au niveau national

- Fillon = 167

- Juppé = 82

- Sarkozy = 78

- NKM = 13

- Le Maire = 7

- Poisson = 2

- Copé = 0

2ème tour:

- 378 votants, participation en hausse

- Fillon = 277, même tendance que le résultat national

- Juppé = 101

Le résultat démontre une polarisation du débat politique et un refus de plus en plus marqué du consensus. Consensus qui est le ciment des démocraties. Les idées de la droite traditionnelle reviennent en force alors que notre époque ne correspond plus du tout à ce corpus conservateur. Le retour vers le passé est naturellement une régression.

 Bien sûr nous ne partageons ni les idées de droite actuelles ni celles ayant 50 ans de retard. Mais là le débat va se compliquer. Comment débattre et comparer des idées ayant 50 ans de décalage ? dialogue de sourds alors que le monde change de plus en plus rapidement.

En réalité 2 mondes se côtoient et ne se comprennent plus. In fine, les injustices, les inégalités, les fractures sociales, la dégradation de notre planète, le chômage structurel......vont perdurer encore longtemps.

dimanche 6 novembre 2016

Le chômage de longue durée

Lors du débat d'orientation budgétaire nous avions proposé un plan d'action pour tenter de lutter contre le chômage de longue durée, ce mal structurel que subit la commune depuis de nombreuses années.

Parmi les actions nous avions proposé que la commune postule au nouveau dispositif dit "territoire zéro chômeurs de longue durée" de décembre 2015.

Rappel du dispositif ATD voté à l'unanimité de l'Assemblée Nationale:  ATD quart-monde a proposé une initiative appelée « territoire zéro chômeurs de longue durée» Celle-ci propose d'attribuer différemment la totalité des aides pour soutenir les chômeurs longue durée en proposant à toute personne privée durablement d’emploi et qui le souhaite, un emploi en contrat à durée indéterminée au SMIC, à temps choisi, et adapté à ses compétences.

La majorité mise en difficulté par nos propositions s'était engagée à constituer un groupe de travail sur ce sujet. Groupe qui associerait les élus de l'opposition.

Or rien n'est venu, même pas un signe. Se souvenant à peine de ces promesses, la majorité a déclaré lors du conseil du 3 novembre qu'elle n'avait pas les moyens de travailler sur ce dossier et qu’elle attendait que les pouvoirs publics se tournent vers elle … Cet attentisme démontre que le dossier n'est pas connu car c'est aux collectivités de se porter volontaire. Nous ne pouvons que nous désoler de cette inaction flagrante. Rappelons au passage, car il nous a semblé que le dispositif n'était pas compris, qu'il ne s'agit pas d'insertion mais bien d'un plan de lutte contre le chômage avec la création d'emplois.

Les personnes au chômage apprécieront la réponse. En effet les moyens que l'on se donne sont toujours en lien avec ses objectifs. La lutte contre le chômage ne serait pas une priorité de la majorité ? *

Pour les élus de l'opposition cela pose un grave problème. En effet, pour ne pas sombrer dans la critique, nous avions choisi d'être constructifs pour répondre aux grands problèmes des Voultains.

* il a été répondu qu'une cellule emploi avait été créée à l'instar des autres communes de la région. Ce dispositif, en plus de Pôle Emploi, peut fluidifier la recherche d'emplois. Néanmoins il ne répond pas à la problématique structurelle du chômage de longue durée

jeudi 3 novembre 2016

Hommage des conseillers municipaux de l'équipe de Marc, ses amis politiques ici à La Voulte

Une vie au service des gens:

Educateur technique spécialiséen ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) auprès d’adultes en situation de handicap, son engagement professionnel était à l’image de son engagement politique. Marc défendait des valeurs d’émancipation, de justice sociale, de respect de l’égalité réelle, de dignité de tous.

Engagé en politique depuis 1974, Marc est élu conseiller municipal en 1977 (mandature Charles Lasbrouas) ensuite Maire-adjoint en 1983 jusqu'en 1998 pendant la mandature de Claude Laréal. Durant cette époque il a oeuvré auprès des associations sportives et culturelles. L'efficacité de son action a été reconnu unanimement par les présidents de clubs.

En 1998 il est élu Maire jusqu'en 2014; année particulièrement sombre pour les militants de la gauche de terrain, comme Marc, qui ont consacré une grande part de leur vie à lutter pour améliorer les conditions de vie des gens.

Il fut également conseiller général de 2004 à 2015 et vice-président du Département. Dans ce cadre il a participé à des actions humanitaires au Sénégal.

On retiendra en particulier de lui qu'il a oeuvré dans le sens de l'intérêt collectif de la commune. La commune a largement bénéficié de son action et dans tous les domaines. Il fut un Maire qui fit évoluer La Voulte. Il a su impulser une dynamique de revitalisation communale et ouvrir de nouvelles voies vers l'avenir.

En tant qu'homme il a fait preuve de qualités rares ; il était résilient, loyal, tenace et avait l'esprit d'équipe.

Résilient ; car en politique on prend des coups, cela fait partie de la fonction.

Loyal ; fidèle et loyal à sa famille politique, il a assumé loyalement son rôle de militant sans jamais émettre de critique.

Tenace ; piloter une commune n'est pas chose aisée, Marc avait la patience et la ténacité qui convenait à la chose municipale, faire mûrir un projet sans excès, communiquer, expliquer et enfin décider.

Esprit d'équipe ; il savait se ranger sur la position du groupe et ensuite défendre celle-ci comme si c'était la sienne.

Enfin il croyait en l'homme, il aimait les gens, il croyait, dans le progrès, dans l'avenir comme d'autres croient au passé. N'oublions pas, non plus, l'humaniste amoureux de culture, personne n'ignorait sa passion de la musique. Le groupe « Quintette de l'art » vient de perdre un des piliers.

Pour conclure, c'est une grande perte pour la commune. Nous souhaitons, les élus de l'opposition, son équipe, ses compagnons de route politique, qu'un site ou un lieu communal soit baptisé de son nom. Nous ferons une proposition dans ce sens au conseil municipal.

Signé ; Nicole Philippon, Héloïse Lefort, Thierry Abrial, Franck Valette, Yvon Vialar

dimanche 30 octobre 2016

Marc nous a quitté

Marc Bolomey s'est éteint ce dimanche matin à l'hôpital de Valence.

Une carrière politique considérable, au service de la population:

Marc est élu conseiller municipal en 1977 (mandature Charles Labrouas) et  Maire-adjoint en 1983 jusqu'en 1998 pendant la mandature de Claude Laréal.

En 1998 il est élu Maire et le reste jusqu'en 2014; année particulièrement sombre pour les militants de gauche de terrain, comme Marc, qui ont consacré une grande part de leur vie à lutter pour améliorer les conditions de vie des gens.

Il fut également conseiller général de 2004 à 2015 et vice-président du Département.

On retiendra de lui qu'il a oeuvré dans le sens de l'intérêt collectif de la commune. La commune a largement bénéficié de son action ; la zone industrielle rénovée, un stade neuf, le tourisme, une bibliothèque, le centre social et une MJC reconnus comme leaders dans toute la région….etc et d'autres projets qui lui tenaient à coeur mais qu'il n'a pas pu mener.

Il fut un Maire qui fit évoluer La Voulte.

Enfin personne n'ignorait sa passion de la musique. Le groupe « Quintette de l'art » vient de perdre un des piliers.

nb:
un hommage est organisé le jeudi 3 novembre à 9h30 à La Voulte sur Rhône, salle communale rue René Cassin. 

message de Pascal Terrasse

Notre blog est un forum ouvert. Nous vous transmettons le message de Pascal Terrasse suite au décès de Marc.

Marc Bolomey, ancien maire de La Voulte et ancien conseiller général, vient de nous quitter.

Il fut de nombreuses années à mes côtés en charge de la politique des transports et des mobilités.  Particulièrement investi dans l'amélioration de l'offre et de la qualité, il fut à l'origine du développement de nombreuses lignes régulières et scolaires, portant une attention particulière au transport des personnes en situation de handicap.

Éducateur à l'ESAT de Beauchastel, sa vie personnelle était tournée vers les autres. Doté d'une grande capacité d'écoute et de compréhension, il fut longtemps engagé pour la coopération entre l'Ardèche et le Sénégal. 

Marc Bolomey était de ces élus loyaux, attachés aux valeurs de gauche, et engagés dans un travail de proximité ! Il était, malgré ses responsabilités, resté le même ! Affable, courtois et efficace.

Sa passion pour la chanson l'amena à se réaliser pleinement avec ses copains dans un groupe de chansonniers qui valorisait musique et francophonie. La musique était pour lui une deuxième nature, lui permettant de  faire passer avec humour des messages de fraternité et d'amitié ! 

Marc Bolomey va manquer à sa commune, à son Ardèche et à ses amis ! Il reste un responsable politique qui aura laissé une trace indélébile dans l'action et la réalisation de biens communs.

La maladie et le cancer auront été son dernier combat... il fut difficile et pourtant avec force et résistance il a tenu jusqu'au bout.

À sa famille, à ses amis Voultains, j'adresse mes condoléances et mon amitié dans ces moments douloureux.

Pascal Terrasse

Député de l'Ardèche

Ancien Président du Conseil Général de l'Ardèche

samedi 29 octobre 2016

Enfin ! Une excellente nouvelle.

Le Centre Social a organisé une consultation auprès de la population pour se donner un nom. Le résultat est surprenant mais c'est une très bonne nouvelle, complètement en phase avec nos valeurs, il s'agit de Pierre Rabhi.

Un petit rappel :

Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France. C'est aussi un auteur, philosophe et conférencier. Il appelle à "l'insurrection des consciences" pour fédérer ce que l'humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Devant l'échec de la condition générale de l'humanité et les dommages considérables infligés à la Nature, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à réaliser l'importance vitale de notre terre nourricière et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une "sobriété heureuse".

Bien sûr on félicite la majorité d'avoir radicalement changé d'optique. C'est un virage à 180° mais cela va dans le bon sens. ...à moins que ce soit un effet de communication

Pierre Rabhi est également un des initiateur du mouvement Colibris.

Extraits consultables sur le site

http://www.colibris-lemouvement.org

Les Colibris, ce sont tous ces individus qui inventent, expérimentent et coopèrent concrètement, pour bâtir des modèles de vie en commun, respectueux de la nature et de l’être humain.

Créé en 2007, Colibris se mobilise pour la construction d’une société écologique et humaine. L’association place le changement personnel au cœur de sa raison d’être, convaincue que la transformation de la société est totalement subordonnée au changement humain. Colibris s’est donnée pour mission d’inspirer, relier et soutenir les citoyens engagés dans une démarche de transition individuelle et collective.

Le mouvement Colibris : inspirer, relier et soutenir les citoyens qui font le choix d’un autre mode de vie !

L'ÉTHIQUE DU COLIBRI

Les crises écologique, économique, sociale et culturelle que nous traversons, les enjeux auxquels nous sommes confrontés sont sans précédent. La course à la croissance et aux profits illimités épuise les ressources, aliène les personnes, affame les peuples, détruit la biodiversité.

L’humanité se trouve à un carrefour. L’interdépendance du vivant étant irrévocable, nous sommes appelés, si nous voulons assurer la pérennité et l’épanouissement de l’espèce humaine sur la planète, à profondément et consciemment changer la vision que nous avons du monde et de la société.

1. Il est indispensable de changer de paradigme de société

Notre modèle de société conduit l’humanité vers l’abîme. Il est principalement fondé sur une croissance économique infinie, un prélèvement sans limite des ressources naturelles, une prédominance de l’argent et de la logique économique sur la nature et les êtres humains, le non respect des équilibres naturels, le patriarcat, l’éducation à l’obéissance, les structures de domination, la compétition, la violence.

Il est incontournable de changer l’orientation de nos activités et de nos structures sociales pour les mettre au service de la nature et des êtres humains.

2. La société c’est moi et je suis la société.

C’est mon changement qui détermine le changement du monde.

Notre organisation sociale est la traduction concrète de notre représentation du monde. Pour que nos modèles changent, nous devons individuellement voir le monde différemment et incarner au quotidien une relation harmonieuse à nous-mêmes, aux autres et à la nature.

3. Nous sommes tous liés et interdépendants

Nous sommes partie intégrante d’un écosystème vivant. Nous ne sommes séparés de rien. Détruire la nature ou nuire à des êtres humains, même à l’autre bout de la planète, revient à nous détruire nous-mêmes.

De la même façon, les enjeux écologiques, sociaux, politiques sont étroitement liés et ne peuvent être traités séparément. Notre vision doit être globale et notre action concerner tous les plans de l’être et de la société.

4. L’autonomie est l’un des fondements de la liberté

5. L’éducation est le ferment de notre rapport à nous-mêmes, aux autres et à la nature.

Le modèle éducatif actuel, fondé sur l’éducation à l’obéissance, la violence éducative ordinaire, la différence de valeur accordée à un enfant par rapport à un adulte, à une femme par rapport à un homme, et sur un système d’instruction destiné à conformer chaque enfant à un système de performance, de compétition et de domination, est l’une des sources majeures du désordre de nos sociétés…..

6. L’avenir est dans le génie de la simplicité, l’élégance de la sobriété

« Dans le futur, la plus grande performance consistera à répondre à nos besoins par les moyens les plus simples et les plus sains. » Pierre Rabhi….

7. Small is beautiful

Dans la nature, un organisme ne croît pas indéfiniment. Il s'adapte aux contraintes extérieures pour atteindre sa taille optimale : ni trop grand, ni trop petit, capable de subvenir à ses besoins et d’assurer sa pérennité. Chercher en toute structure une taille optimale, …...

8. La coopération est la condition incontournable du changement

La complexité extrême de nos sociétés et l’enchevêtrement de nos destins nous oblige, plus que jamais, à nous réunir et à coopérer pour résoudre les crises que nous traversons. ..

9. Le territoire est le lieu d’action privilégié pour amorcer la transformation

10. La joie est notre bien suprême

"La finalité humaine n’est pas de produire pour consommer, de consommer pour produire ou de tourner comme le rouage d’une machine infernale jusqu’à l’usure totale. C’est pourtant à cela que nous réduit cette stupide civilisation où l’argent prime sur tout mais ne peut offrir que le plaisir. Des milliards d’euros sont impuissants à nous donner la joie, ce bien immatériel que nous recherchons tous, consciemment ou non, car il représente le bien suprême : la pleine satisfaction d’exister.

Un jour, il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation, qui n’est pas de produire et de consommer sans fin, mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes."

Pierre Rabhi

mardi 11 octobre 2016

incivilités et insécurités routières

Notre question sur les vols de voitures a très vite dérapé sur les insécurités routières....fer de lance de la majorité lors de la campagne. Mais depuis 2 ans aucun résultat tangible; vitesse excessive notamment au lieu-dit "Les Cabanes", remontées en marche arrière des rues en sens interdit, téléphone au volant, stationnements interdits et gênants....

Ce n'est pas une surprise le code de la route est très mal respecté. Quand on observe la circulation routière on voit et on subit de nombreuses incivilités, certaines très dangereuses pour autrui (vitesse excessive, téléphone au volant, ligne continue non respectée ....)

Ainsi sur la commune, d'après le Maire, les voultains se relâcheraient; vitesse excessive constatée y compris dans des rues étroites, stationnements gênants et interdits en augmentation....bref rien ne va plus malgré le doublement des effectifs de policiers municipaux. 

La suite logique aux propos du Maire serait de "resserrer les vis" ......à suivre car il s'agit également d'électeurs ! et le passage à l'acte sera très difficile......

Pour notre part, nous considérons qu'il faut d'abord créer les conditions routières pour une meilleure sécurité. Ainsi sur la commune des aménagements sont à réaliser en lien avec la population, en voici une liste non exhaustive:

- la 1ère urgence est d'appliquer la loi handicap, c'est à dire réaliser tous les aménagements urbains qui permettent aux handicapés de se déplacer aisément et sans risque. Sur ce point la commune accuse un retard considérable.

- la 2ème consiste à réaliser un réseau cohérent, global et sécurisé de cheminement piétons sur la commune. Les adeptes de la marche à pied le savent bien, la circulation piétonne n'est pas une priorité sur la commune.

- la 3ème s'adresse aux cyclistes. Quelques bouts de pistes cyclables existent mais cela ne répond pas à la problématique de sécurité des cyclistes, parfois c'est même le contraire. Ainsi le resserrement de la voirie au nord de la commune (en face des meubles Régnier) est particulièrement dangereuse pour les vélos. Il y a d'autres endroits et un travail de repérage peut être effectué avec les cyclistes (très bien représentés sur la commune par le milieu associatif)

- bien sûr les sites accidentogènes doivent être identifiés et des solutions communales doivent être proposées (ex des "Cabanes", devant les écoles ....)

- et enfin élaborer et mettre en oeuvre une politique de prévention car la répression proposée par la majorité n'a manifestement pas beaucoup d'impact.

mardi 20 septembre 2016

insécurité

Nous aurions pu intituler ce billet "sécurité" mais comme il s'agit de signaler des cas d'insécurité, nous avons usité du terme correspondant.

Nous y voici, cet été plusieurs vols de véhicules ont été évoqués sur la commune, notamment sur les places Camille Debard et Etienne Jarjeat. 

 Nous avons donc interpellé le Maire face à cette situation préoccupante en lui posant 2 questions:

- combien de voitures ont été volées précisément sur la commune ?

- quelles mesures entend prendre la majorité pour résoudre ce grave problème ?

Pour ne pas s'enliser dans des débats stériles du genre "j'ai toujours raison" nous avons précisé que nous ne souhaitions pas relancer le débat sur les caméras.

Réponses du Maire:

- pas de chiffre à communiquer, soit il ne sait pas, soit les chiffres ne sont pas avouables.

- concernant les mesures, le Maire a expliqué qu'un vol s'est déroulé sous une caméra et ainsi qu'il a été possible de voir qu'il y avait eu vol. Vous pourriez penser qu'il enfonce une porte ouverte. Chut ! ne blessons personne. Continuons. Le film, qui ne sera pas visionné à Cannes, montre des personnes non identifiables venues avec une voiture également volée. Le vol a duré moins de 10 minutes et aucune trace depuis. Bref la caméra invisible a filmé Belphégor en noir et blanc et nous n'en saurons pas plus.

En conclusion le Maire va proposer une augmentation du nombre de caméras ! comprenne qui pourra.

mardi 13 septembre 2016

sphère publique, sphère privée

Au conseil municipal du 12 septembre un échange stérile, encore un, a mis en évidence de grosses lacunes pour certains. Certains élus de la majorité ne font pas la différence entre la sphère publique et la sphère privée.

Comme le billet précédent le démontre des propos indécents ont été tenus lors du conseil du 4 juillet.

Rappelons le, ou apprenons le, une séance de conseil municipal se situe dans la sphère publique. C'est à dire que les personnes qui siègent au conseil représentent la population dans un lieu qui est public; la salle du conseil. Quand un élu s'exprime il le fait en tant que représentant des électeurs qui lui ont donné leur voix, il ne le fait pas par motivation ou intérêt personnels. Ainsi donc, quand un élu traite un autre élu "d'imbéciles" (propos tenus lors du conseil du 4 juillet) il engage ses électeurs. De tels propos ont alors un sens très fort et les électeurs représentés n'ont pas donné mandat à traiter d'imbéciles les élus de l'opposition. 

En dehors des lieux de représentation publique, par exemple lors d'un bavardage entre personnes, des mots plus ou moins sympathiques peuvent être échangés. Mais là ils n'engagent que des personnes privées, à elles d'assumer leur relation, ce n'est pas une affaire publique; elle concerne donc la sphère privée.

Nous espérons, bien évidemment, que le mélange des genres cessera ...mais reconnaissant qu'il est désespérant de constater que les connaissances basiques ne soient pas assimilées. Par ailleurs cette confusion entre sphère privée et publique est inquiétante pour l'avenir de la commune car elle peut conduire à d'autres écarts.

lundi 12 septembre 2016

Conseil municipal du 12 septembre

Déclaration relative au conseil municipal du 4 juillet 2016 (lue au conseil du 12, à l'attention de la majorité)

Lors du dernier conseil Mr Valette, élu d'opposition, vous a interrogé au sujet de la subvention versée au Rugby (club ROC)

25 000 € ont été versés à ce club alors que celui-ci était dans de graves difficultés financières qui hypothéquaient gravement son avenir. Nous vous avons fait part de notre désapprobation concernant ce versement. En effet des informations circulaient sur l'avenir du club et nous pensons que vous auriez dû être prudent avant de lâcher cette subvention. Il pourrait s'agir d'un abus de confiance.

D'autant plus que sur un sujet équivalent, malgré une convention qui vous engage, nous remarquons que vous n'avez pas versé la subvention à la fédération MJC Rhône-Alpes car celle-ci rencontre des difficultés financières (liées pour partie aux ruptures des conventions décidées par les nouvelles municipalités élues en 2014).

Vous avez tenté d'expliquer qu'il y avait eu des magouilles dans la fusion des clubs de rugby de Valence et de Romans, en expliquant que vous étiez victime d'un stratagème politique. Aucun d'entre nous n'a compris de qui il s'agissait et pourquoi.

Pourtant il suffisait de dire que la municipalité avait été abusée et qu'une procédure serait engagée. Pourquoi ne pas le faire ? Et ne pas le dire ? Reconnaître ses erreurs serait pour vous impossible ? Ce qui aurait certainement évité que les échanges dérapent.

En effet ne sachant pas donner la réponse appropriée à nos questions le ton est monté, sans que vous, Monsieur le Maire, soyez en capacité de l'apaiser. Dans ce brouillamini nous avons finalement posé la question « vous nous prenez pour des imbéciles ? » Vous avez clairement affirmés par deux fois que nous étions des imbéciles. Nous avons alors quitté la salle car de tels propos sont intolérables et inexcusables.

Bien sûr la moindre des choses serait de présenter des excuses.

Enfin, le plus surprenant de cette affaire, réside dans le compte-rendu qui en a été fait dans le document officiel « compte-rendu du Conseil municipal » Celui n'est pas basé sur des faits, il se permet des interprétations déplacées et qui n'ont pas leur place dans un compte-rendu officiel de conseil municipal. Il y a ici une confusion des genres démontrant soit une méconnaissance manifeste de la gestion municipale, soit une volonté de manipuler l'information, peut-être les deux. N’oublions pas que les conseils municipaux, à votre initiative, sont enregistrés. Comment donc expliquer cette interprétation manipulée des faits ?

Peut-être faut-il lier ceci avec votre menace de censurer nos prochains articles sur le magazine municipal si ceux-ci ne vont pas dans votre sens ? Vous avez même parlé de « délation » à propos de nos articles. Aucune trace de ce terme dans le compte-rendu...c'est pour le moins curieux.

Il convient donc de retrouver le sens de la chose publique par des débats maitrisés, c'est un de vos rôles, à vous de l'assumer pour l'intérêt de la commune.

Bien évidemment notre demande va de soi ; reprendre le dernier compte-rendu pour qu'il soit conforme aux faits et uniquement aux faits.

En conclusion, vous avez élu depuis deux ans, c'est le verdict des urnes. Il est temps désormais d'adopter des fonctionnements qui démontrent à la population que les pratiques de notre démocratie républicaine sont bien intégrées. C'est pourquoi nous proposons qu'une charte déontologique des élus soit adoptée en cohérence avec la loi du 31 mars 2015.

signé

Les élus de l'opposition

Héloïse Lefort

Nicole Philippon

Thierry Abrial

Marc Bolomey

Franck Valette

Yvon Vialar

quelles sont les réponses données par le Maire ?

1- aucune excuse ne sera présentée.

2- le compte-rendu, particulièrement erroné et interprété, ne sera pas repris

3- quant à la charte déontologique "peut-être ben, on peut faire ça sur le coin d'une table" ....et pourquoi pas entre 2 apéros ?

- page 1 de 3